Menu

La révolution du Kids Tennis est en marche

« Les autres sports ne font pas jouer les enfants comme les adultes. Pourquoi le tennis le fait-il encore ?». Dans une campagne lancée en 2012, la fédération de tennis des Etats-Unis (USTA) insistait sur la nécessité de changer les règles pour le tennis des enfants qu’ils appellent le « 10 and under tennis  ». 

En 2004, la Suisse était leader dans le domaine du tennis des enfants et était une des premières nations à lancer un programme Kids Tennis avec les trois niveaux de formation : rouge, orange et vert. Plus de dix ans après sa mise en place, le programme avait besoin d’une réforme. Le nouveau programme Kids Tennis est le résultat de près de deux années de travail, en collaboration avec Jeunesse+Sport, dans lequel l’ensemble de Swiss Tennis s’est impliqué dans le développement du projet. Swiss Tennis entame sa petite révolution chez les jeunes joueurs.

 

Séance d’information pour les clubs genevois

Le jeudi 23 avril dernier se tenait au Tennis Club de Meyrin une séance d’information destinée aux présidents, entraîneurs et responsables juniors des clubs genevois, dans le but de les impliquer dans ce processus. Bien qu’ils avaient déjà été tenus au courant du programme, les clubs genevois devront à l’avenir penser à la mise en place de ce concept pour leurs plus jeunes membres, à travers une formation appropriée de leurs entraîneurs.  

Alexis Bernhard-Castelnuovo, responsable de la formation Kids Tennis à Swiss Tennis, était en charge de présenter le projet en collaboration avec l’ARGT, représentée par Christiane Jolissaint. A travers une partie théorie et une autre pratique avec quatre enfants, le but était de montrer aux représentants de plusieurs clubs genevois les principaux axes de formation.

09

Alexis Bernhard-Castelnuovo

 

Trois niveaux : rouge, orange et vert

Quelles sont les grandes nouveautés de ce programme de formation ? Principalement, il s’agit de regrouper les enfants par niveau de progression plutôt que par tranche d’âge. Pour déterminer leur développement, Swiss Tennis garde les trois couleurs qui représentent les niveaux de formation à franchir par tout jeune joueur : rouge, orange et vert. Comme on peut le voir sur la représentation graphique ci-dessous, chaque enfant devra passer différents modules d’apprentissage – il y en a 30 en tout (10 par niveau) – avant de passer du niveau rouge à l’orange et de l’orange au vert. A noter que pour pouvoir prendre une licence, les enfants devront arriver au niveau vert ou avoir au moins 10 ans révolus. Cette règle entrera en vigueur au printemps 2016.

Web_Ausbildungsprogramm_FR

Ces différents niveaux se distinguent également au niveau du matériel : dimension du terrain, poids des balles, taille de la raquette, hauteur du filet… chaque catégorie a des caractéristiques qui lui sont propres et des compétitions qui sont adaptées au besoin de l’enfant, dans le but que ce dernier non seulement progresse mais prenne aussi beaucoup de plaisir. Au fur et à mesure que l’enfant change de niveau, les balles de tennis deviennent plus dures et rapides, et le court s’agrandit, tout comme les raquettes.

Du jeu, du jeu et encore du jeu !

Un autre facteur sur lequel est axée cette formation est son côté ludique. Le jeu et les échanges sont primordiaux et doivent avoir lieu à chaque entraînement. Dans les catégories rouge et orange, les enfants doivent jouer un certain nombre de matchs mais sans que le résultat ne soit pris en compte. Ce point est très important pour le développement de l’enfant car la priorité est mise sur le jeu, peu importe le résultat final.

Lors de la partie pratique, Alexis Bernhard-Castelnuovo a mis l’accent sur le jeu et le mouvement. « A chaque leçon, les enfants doivent vivre des échanges et des points », insiste ce dernier. Cette «ludification» de la formation a pour but que l’enfant soit constamment en mouvement à travers des exercices qui peuvent prendre plusieurs formes et qui n’impliquent pas nécessairement une raquette et une balle de tennis. Aux oubliettes, donc, les exercices statiques où le jeune joueur se contente de renvoyer la balle : l’important est qu’il apprenne à bouger, à lire les trajectoires, à maîtriser son corps et contrôler sa raquette. Parce qu’il est capital que les enfants n’apprennent pas à jouer comme ce qu’ils ne sont pas encore : des adultes.

Maikel Folgar

Document Pdf relatant le concept élaboré par Swiss Tennis et présenté ce soir-là par Alexis Bernhard-Castelnuovo  

Plus d’informations sur www.kidstennis.ch/fr

 

Quelques photos de la séance :

01 02

03 04

06 08

07